AIMES : poursuite et élargissement de ce programme dédié à l’accueil et l’intégration de migrants dans l’Enseignement supérieur

Non classé

Le programme AIMES (Accueil et Intégration de Migrants dans l’Enseignement supérieur) soutient les établissements francophones pour l’accueil d’étudiants en exil (réfugiés, sous protection ou demandeurs d’asile). L’objectif est de favoriser l’intégration de ces étudiants dans la société qui les accueille et de préparer leur avenir professionnel. Lancé en 2016 par l’AUF avec plusieurs partenaires publics et privés, le programme a soutenu à ce jour l’accueil de plus de 6000 étudiants dans 45 établissements d’enseignement supérieur en France, en Belgique, au Liban et au Burundi. En 2019, le périmètre du programme s’est élargi avec le lancement de deux appels à projets, dont un nouveau visant à renforcer les liens entre les établissements et les associations locales accueillant des migrants.

Soutenir des parcours d’intégration comportant une formation intensive en français langue étrangère (FLE)

Le premier appel à projets 2019, lancé en mai, soutenait des parcours d’intégration comportant une formation intensive en français langue étrangère (FLE). Pour l’année universitaire 2019-2020, ce sont 45 établissements qui sont aidés dont 41 en France (regroupés en 35 projets de site), 1 au Liban, 2 en Belgique et 1 au Burundi. Ils accueillent près de 2000 étudiants, dont 1500 en France provenant de 50 pays, en majorité du Moyen-Orient (Syrie 34%, Afghanistan 8%, Irak 6%) et du Soudan (18%). La proportion de jeunes femmes accueillies atteint cette année 40%, en augmentation. Les dossiers retenus montrent un effort accru de suivi des étudiants, y compris pour leur insertion professionnelle en liaison avec les organismes dédiés et des entreprises.

Parmi les universités françaises, 19 ouvrent cette année un diplôme d’université intitulé « DU Passerelle » habilité par le Ministère avec l’aide du réseau MEnS (Migrants dans l’Enseignement supérieur), et ouvrant les droits Crous aux étudiants réfugiés ou sous protection subsidiaire.

Source d’information 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *